A la une, Paris

De nouveaux abris bus multiservices et connectés pour Paris

Le mobilier urbain est un élément clé de l’identité de Paris : les bancs, les fontaines Wallace, l’éclairage, etc… contribuent fortement à l’image de notre ville, son unité, son caractère, sa singularité. Leur design doit permettre un service optimal aux usagers, pour un encombrement minimal, une résistance forte, un entretien facile… Les abris bus sont des éléments clés de ce mobilier, il nous faut aujourd’hui les renouveler, l’occasion de s’interroger sur les services attendus.

Abribus innovant, Place de la Bastille. Crédits Pierre-Clément Julien

Abribus innovant, Place de la Bastille. Crédits Pierre-Clément Julien

J’ai présenté lundi 18 mars, en conseil d’arrondissement une délibération lançant un appel d’offres pour renouveler tous les abribus de la capitale. Les abribus traditionnels auront alors vocation à devenir multiservices et hyperconnectés, sans augmentation des espaces publicitaires.

Le mobilier urbain occupe un espace central dans la vie quotidienne des Parisiens et usagers de Paris, comme vecteur de qualité urbaine et de promotion du « vivre-ensemble » sur l’espace public. En particulier, les bus comme les Tramway ont la qualité de réunir l’ensemble des usagers des transports en commun, du fait de leur accessibilité à tous.

Au cœur de la diversité des déplacements de la capitale, la réfection des abribus permet de soulever des enjeux majeurs pour Paris. En effet, le renouvellement des nouveaux mobiliers est l’occasion de les adapter à l’évolution des attentes et du comportement des usagers, conséquence du développement des Nouvelles Technologies d’Information et de Communication. Les nouveaux mobiliers pourraient ainsi offrir davantage de modernité, de confort et de services (comme Internet, lire les nouvelles, emprunter un ouvrage, boire un café) dans les sites multimodaux et à forte fréquentation. La mise en place de ces nouveaux mobiliers devra répondre aux exigences posées par la loi sur l’accessibilité de 2005 et le Plan de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics (PAVE), ou encore de respecter les objectifs du plan climat parisien tout comme le nouveau règlement publicitaire  .

Station de bus Osmone, boulevard Diderot. Crédits Pierre-Clément Julien

Station de bus Osmone, boulevard Diderot. Crédits Pierre-Clément Julien

Face à l’ensemble des enjeux que soulève le mobilier urbain à Paris, la Mairie se montre particulièrement volontariste. Les abris étant régis par une convention d’occupation du domaine public de dix ans conclue en 1993, nous invitons aujourd’hui à repenser la notion d’abris voyageurs. Plusieurs tests ont été réalisés : l’abri bus Osmose boulevard Diderot en face de la gare de Lyon, dans le cadre d’un programme européen, ou encore place de la Bastille, dans le cadre des appels à projet pour des mobiliers innovants, lancé par la Ville de Paris.

Le contrat, d’une durée ferme de 15 ans, concerne  quelques 1750 abris. C’est une étape importante pour Paris, pour son identité et pour soutenir l’usage des transports en communs de surface, qui n’a cessé d’augmenter ces dernières années, à l’échelle de la métropole. Un jour peut-être la future Métropole de Paris nous permettra d’unifier ce type de mobilier à l’échelle de la zone dense?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>