A la une, le 12e, Paris

Du nouveau pour Autolib’

 Un an après le lancement de la consultation, le Maire de Paris annonçait ce jeudi 16 décembre, la décision du syndicat mixte Autolib’ d’attribuer la délégation de service public Autolib’ à la société BOLLORE, pour une durée de 12 ans. L’offre retenue s’est en effet révélée être la plus solide et celle présentant les meilleures garanties pour la partie publique. Six  réponses  à la consultation lancée au niveau national comme européen avaient été enregistrées. Cette offre permet d’assurer conformément aux ambitions portés par les élus, un projet simple, proche des utilisteurs, abordable financièrement tout en étant moderne et confortable.

Parmi les critères qui ont permis de retenir cette offre, citons une offre de service plus intéressante et un investissement extrêmement fort du groupe Bolloré. A titre personnel je me réjouis de voir que le véhicule proposé sera un véhicule 4 places, permettant également aux familles de trouver dans cette offre une alternative adaptée à la voiture particulière. A noter que ces véhicules seront fabriqués en Europe (Italie), et les batteries assemblées en France, là aussi une source de satisfaction que les emplois créés ne soient pas délocalisés.

Rappelons que le cahier des charges de cet appel d’offre a été réalisé en concertation avec l’ensemble des communes de la métropole adhérentes au syndicat mixte. En effet à la différence de Velib’, le service Autolib’ sera dès le départ lancé dans une quarantaine de villes de la région Ile-de-France avec le soutien du conseil régional d’Ile de France. Cette dimension métropolitaine, souhaitée par le Maire de Paris, est à mon sens un gage de succès pour ce projet ambitieux. Nous ne pouvons que regretter le refus de certaines communes, comme celle de Montreuil, tout proche du 12e. En effet de manière un peu dogmatique, certains voient dans ce projet un investissement renforçant l’usage de la voiture, concurrençant les transports en commun. Au-delà de l’approche non polluante de ces véhicules électriques, je pense au contraire, qu’Atolib’ sera un nouveau moyen de se déplacer, en complément des autres modes de transports, pouvant inciter par exemple certains à rejoindre la capitale en transport en commun, mais rentrer le soir en proche couronne en Autolib’. C’est pour moi une offre complémentaire à celle existante, qu’il s’agisse des taxis, vélos, bus… Les fonctionnalités sont différentes et peuvent répondre à d’autres besoins que les transports existants. Ce nouveau dispositif devrait également convaincre certains de vendre leur véhicule particulier, dont le coût devient de plus en plus difficile à supporter…

La prochaine étape est maintenant la réalisation des stations en surface comme dans les parking souterrains. En effet si les emplacements souhaités ont été précisés dans le cahier des charges il nous faut maintenant veiller à leur bonne insertion dans l’espace public. Les stations doivent être visibles, et proposer un maillage suffisamment dense pour les utilisateurs. Les premiers travaux devraient commencer en Avril 2011, et les premières phases de tests à la fin de l’été.

L’ouverture au public est prévu à l’automne 2011, comme annoncé par le Maire de Paris et son adjointe Annick Lepetit.

7 Comments

  1. Julo

    L’auto-partage existe déjà (je l’utilise), et il mériterait un coup de pouce… Les structures existent, elles fonctionnent et nécessitent simplement un meilleur maillage des stations dans les parkings de Paris. Par ailleurs, vous répétez une ineptie bien répandue : la voiture électrique n’est pas propre ni non polluante! Je comprends bien qu’il faille des solutions de déplacement individuel à Paris, mais, de grâce, oubliez ce genre d’arguments!

  2. Catherine Baratti Elbaz

    Bonjour Julo
    Nous sommes d’accord sur la nécessité de proposer des offres de transport individuel afin de répondre à la demande croissante de mobilité des usagers de la capitale. Mais selon moi, Autolib’ ne vient pas en concurrence de l’autopartage, que la Mairie de Paris soutient par ailleurs, même si cela peut vous paraître insuffisant. Le projet diffère de l’autopartage dans la mesure ou il ne vous oblige pas à ramener le véhicule à l’endroit où vous l’avez emprunté. C’est un des éléments clés de sa complémentarité avec les autres modes de transport et une liberté supplémentaire. La voiture électrique est dite propre par comparaison aux véhicules à essence et diesel, car elle ne produit pas de gaz à effet de serre ni de CO2 sur le lieu de son utilisation, or la pollution de l’air sans la métropole parisienne est un enjeu de santé publique!

  3. Vraiment très bien ce qui se passe à Paris depuis quelques années pour l’amélioration de la qualité de vie… et celle de l’air. Bravo

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>