A la une

L’air du métro est-il pollué ?

La qualité de l’air dans le métro est une préoccupation de la RATP depuis toujours. L’air y est-il plus pollué qu’à l’extérieur ? Il y a-t-il un lien entre odeur et qualité de l’air ?

Analyse de l’air ambiant dans le métro

Grille ventilateur Dorian Crédits Amtuir/Méreur

Des points de mesures permanents permettent d’assurer une surveillance constante de la qualité de l’air dans le métro et de manière générale des paramètres climatiques en souterrain. Dans le cadre d’un partenariat RATP/AirParif, des études très précises ont été menées pour étudier la qualité de l’air dans le réseau souterrain comme à proximité des sorties d’air du métro. Les études ont été réalisées sur des stations « simples » comme celle de Faidherbe Chaligny ou plus importantes, comme celles du RER A Auber.

Dans tous les cas on retrouve dans le métro les mêmes polluants que dans l’air extérieur – à l’exception de l’ozone – ainsi que des pollutions de particules spécifiques aux réseaux ferroviaires. En effet de nombreuses particules fines sont détectées en suspension dans l’air. Ces particules sont émises pour l’essentiel par les systèmes de freinage du matériel roulant. Par ailleurs,  le passage des rames entraîne régulièrement une remise en suspension de ces particules.

Il faut noter que si les taux mesurés dans le métro sont supérieurs à ceux relevés dans les rues de Paris, ils sont en revanche comparables aux taux mesurés à proximité du boulevard périphérique.

Par ailleurs, le renforcement du trafic grâce à la réduction de l’intervalle entre les trains et l’introduction de matériels roulants ferroviaires plus puissants donc plus rapides, ont pour conséquence  des apports caloriques très élevés dans les tunnels provoquant une hausse significative de la température en milieu souterrain.

Comment améliorer la qualité de l’air du métro?

C’est une question importante pour l’ensemble des usagers du métro, mais aussi un enjeu majeur pour tous les personnels travaillant dans le réseau souterrain, jour et nuit.

Une des premières actions, est l’amélioration de la qualité de l’air dans Paris ! C’est ce que nous observons dans la capitale, depuis ces dernières années, avec une baisse  significatives des polluants de proximité comme les oxydes d‘azote.

Ventilateur dorian. Crédits Pierre-Cément Julien

Parallèlement, il faut améliorer les échanges entre l’air du métro et l’air en surface. Pour cela il existe des dispositifs de ventilation  des souterrains du métro. Aujourd’hui ils sont trop peu nombreux et pas assez efficaces. C’est pourquoi, la RATP mène actuellement un grand chantier de renouvellement et de création d’ouvrages d’art pour la ventilation de ses tunnels. Prenant en compte le retour d’expérience de divers tunnels existants en France ou à l’étranger, la RATP a élaboré un plan d’investissement important pour améliorer la ventilation sur les réseaux métro et RER. A ce titre les lignes 1, 4, 6 et 11 sont prioritaires car équipées de matériels roulants sur pneumatiques, les plus producteurs en particules fines lors des périodes de freinage.

Le programme se compose de renouvellements et renforcements d’ouvrages existants mais aussi de  créations d’ouvrage dont un situé avenue Dorian dans le 12ème arrondissement. C’est cet ouvrage que nous avons pu visiter la semaine dernière.

Crédit Amtuir / Méreur

Ce chantier a duré plus de 15 moins avenue Dorian, au droit du lycée Arago. Il a permis de construire  en sous-sol, au niveau des voies de la ligne 6 de la station Nation, une vaste installation en sous-sol comprenant :

  • un tunnel traversant toute l’avenue Dorian équipé d’un ventilateur de 4 m de diamètre encadré par des écrans acoustiques permettant une bonne isolation phonique et la limitation des nuisances sonores pour les riverains,
  • une vaste salle sous le trottoir s’ouvrant en surface par une grille,
  • un puits de descente dans l’ouvrage pour la maintenance
  • des locaux techniques.

Le ventilateur permet de mettre en mouvement l’air depuis l’intérieur vers l’extérieur, selon différentes vitesses en fonction des besoins : fonctionnement faible la nuit, moyen en situation normale, ou avec une très grande puissance en cas d’accident grave dans le tunnel, comme un incendie.

Ces ouvrages utilisent en voirie des surfaces importantes,  mais c’est une condition nécessaire à leur efficacité !

Efficacité qui conditionne donc la qualité de l’air en régime normal, comme en cas d’incident, mais qui concourent également au maintien d’une température confortable dans les espaces souterrains.

Mais comment parler de l’air du métro, de sa qualité, de sa température sans évoquer son odeur ?

Crédits Pierre-Clément Julien

En effet, tout usager régulier, comme visiteur occasionnel, remarquera que chacune des 300 stations du métro parisien a une atmosphère unique !  Même si il ne faut pas assimiler odeurs et qualité de l’air… Ce serait trop simple.

Des études  auraient montré que pour comprendre l’odeur du métro, « il faut considérer la qualité des trains, s’ils sont neufs ou récents, sur quels types de rails ils circulent, la vitesse, le moteur, les différents détergents, la colle des immenses panneaux d’affichage ». Emmanuelle Lorans qui a consacré une thèse à la qualité de l’air dans les sous-sols du métro,  a identifié cinq sources principales d’odeurs : les produits d’entretien, les installations fixes, les usagers, le sous-sol et la qualité du mobilier dans les trains.

Cette question peut apparaître secondaire au regard des enjeux de santé publique de la pollution aux particules, mais toutes les études le montrent, les mauvaises odeurs rendent… de mauvaise humeur. Ainsi Barbara Bonnefoy, maître de conférences en psychologie à l’université Paris X, affirme que  « cela renforce chez les usagers des sentiments d’anxiété, de fatigue et de tristesse. »

Alors, même si nous sommes tous attachés à l’odeur du métro, partie intégrante de son identité, restons vigilants quant à sa qualité!

2 Comments

  1. ddd

    mmm, super …. en gros l’air du métro est aussi pollué que l’air du périph, qui est la voie d’autoroute la plus polluée du monde, mais la RATP fait des ventilateurs artistiques sur 1/4 de ses lignes. Ok, ok … comme d’hab quoi. On sera tous morts avant de voir la moindre amélioration.

  2. Oliv

    Et après ils osent nous demander de plus utiliser les transports en commun… Si la RATP était soumise à des contrôles sanitaires, ils devraient tout simplement stopper leur activité tant le métro est nocif pour la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>