A la une, Paris, Société

La cantine, vous êtes sûrs ?

Oui je suis sûre de vouloir une restauration scolaire de qualité, accessible à tous!

A chaque rentrée, c’est les mêmes questions, culpabilisantes pour les familles : peut-on inscrire ses enfants à la cantine ? Quel en sera le coût ? Quelle est la qualité des repas ? Il y a-t-il un encadrement adapté ? Des activités proposées ?

La question se pose pour la première fois en général, lors de l’entrée à la maternelle. Même si votre enfant a trois ans, que la propreté est acquise, qu’il a déjà fréquenté des structures collectives (crèche, halte garderies…) la question est toujours posée avec insistance : vous êtes sûrs de vouloir l’inscrire à la cantine ? Vous n’avez pas d’autres solutions ?

La plupart des familles n’ont pas d’autres solutions non ! Parce que les parents travaillent ou sont en recherche d’emploi, parce que pour les familles monoparentales, de plus en plus nombreuses, c’est très difficile de prendre en charge les enfants pour le déjeuner. Parce que les grands parents sont loin, ou ils travaillent encore…

Alors pourquoi ces réticences à accepter les enfants à la cantine ? Pourquoi culpabiliser les parents ? Est-ce dans l’intérêt de l’enfant ? Seule question qui vaille la peine d’être posée.

Les enfants y sont ils malheureux à la cantine? Non, je ne crois pas…

Pour les plus petits, du personnel est nécessaire pour les aider à prendre leur repas, pour apprendre à déjeuner avec les autres en respectant les règles, les rythmes. Autant d’apprentissages qui trouvent leur place à l’école.

La cantine c’est aussi l’occasion de découvrir une alimentation toujours différente de celle de la maison. Un temps d’éducation du goût, d’apprentissage de l’équilibre alimentaire d’un repas. Mais c’est aussi un moment privilégié d’acquisition d’indépendance par rapport aux parents, un moment de responsabilisation des enfants qui souvent prennent leur déjeuner dans le cadre d’un self.

Un temps privilégié pendant lequel les élèves se retrouvent, quelle que soit leur classe, pour pratiquer des activités, ou simplement jouer ensemble dans la cour.

Puis vient le collège. Les adolescents sont jugés capables de déjeuner tous seuls, alors on vous repose la question : l’inscription à la cantine, vous êtes sûrs ? Votre enfant ne peut pas rentrer à la maison ?

Comment peut-on imaginer que la meilleure solution pour un ado soit de se retrouver livré à lui-même pendant plus d’une heure ? Pourquoi une telle démission de la communauté éducative vis-à-vis de ces ados ?

Les collèges publics, doivent avoir les moyens comme les écoles élémentaires, de proposer une restauration de qualité et un temps péri scolaire riche en activités stimulantes pour nos ados.

Enfin la question du coût est importante. La tarification basée sur les revenus des familles, homogène sur l’ensemble du territoire parisien, est une mesure de justice sociale adoptée récemment par les élus parisiens de gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>