A la une, le 12e, Paris

La métamorphose de notre arrondissement par le Tramway

Vous souvenez vous du tunnel de la Porte de Charenton ? Celui dont la suppression devait entraîner le blocage total du quartier ? A l’heure où nous faisons le bilan de cette mandature, le Tramway est sur les rails et accueille avec succès les très nombreux voyageurs depuis la porte d’Ivry jusqu’à la Porte de la Chapelle. Depuis le 15 décembre 2012, il circule dans un espace public métamorphosé, arboré et sécurisé, accessible à tous.

Les gants du Tram. Crédits Paule Kingleur, Paris Label

Les gants du Tram. Crédits Paule Kingleur, Paris Label

Les six nouvelles stations qui parcourent le 12e, le long de nos boulevards des Maréchaux réaménagés, ont modifié nos quartiers. Quatre ans de travaux ont été nécessaires pour arriver à ce résultat. Quatre ans, rythmés par des prouesses technologiques comme des petites avancées, et surtout une véritable aventure humaine entre riverains, ingénieurs, ouvriers, écoliers, lycéens, commerçants…

Aujourd’hui, si la réussite est au rendez-vous, il nous paraissait important de rappeler ces étapes, se souvenir de ces rencontres et des liens tissés tout au long de ce chantier d’envergure. Ce mardi 2 avril, je vous invite à venir partager un moment convivial autour d’une exposition qui a pour but de valoriser les différents travaux menés autour du Tramway, par des artistes et élèves de l’arrondissement.

Les Gants du Tram,  de Paule Kingleur – Paris Label, constitue un hommage affectueux aux ouvriers du tramway parisien, auquel je suis personnellement très sensible. Depuis 2010,  l’artiste du 12e, glane, immortalise par la photographie, les gants du travail, déposés, abandonnés, enfouis, trempés, usés… C’est un rappel à ce que nous devons collectivement à ces milliers d’hommes et quelques femmes, qui ont œuvré pendant 4 ans pour améliorer notre quotidien. Ce travail avait été exposé lors de l’inauguration.

Le complot des lapins, passerelle Montempoivre, au dessus de la promenade plantée. Crédits CBE.

Le complot des lapins, passerelle Montempoivre, au dessus de la promenade plantée. Crédits CBE.

Nous avons tenu également à ce que des artistes internationaux puissent travailler avec des élèves du 12e. Ainsi c’est une classe de Chaudronnerie de Chènevières-Malezieux qui a réalisé les œuvres de Sylvie Auvray. Sylvie Auvray est une artiste qui travaille essentiellement le bois, la peinture, les pastels, le grattage et le dessin. A l’occasion du prolongement du T3 l’artiste a proposé les sculptures « Les Complots ». La première œuvre est un ensemble de  pochoirs de lapins comme bondissant le long du tramway, grâce à un effet cinétique sur les grilles en métal déployé sur boulevard Poniatowski. Sur le belvédère Montempoivre, des groupes de lapins en métal admirent les usagers, les piétons et  les automobilistes. La seconde œuvre se trouve quant à elle sur le boulevard Poniatowski entre le Pont National. Sylvie Auvray a fait appel aux savoir-faire des  élèves de première et de terminale spécialisés en chaudronnerie au lycée professionnel  Chennevière-Malézieux, du 12e arrondissement. Ils ont réalisé les groupes de lapins de Montempoivre durant leur année scolaire, à partir des dessins de l’artiste.

Durant deux années scolaires, le duo d’artistes Hippolyte / Hentgen a travaillé en collaboration avec les élèves de la section Arts plastiques du lycée Paul Valéry sur l’art dans l’espace public et la notion de censure, suite à l’enlèvement de la statue du  sculpteur Robert Couturier. Les dessins produits seront par la suite installés sur les grilles de la Cité Scolaire.

En 2010 et 2011, deux classes option cinéma, du Lycée Paul Valéry, ont réalisé un court métrage sur le chantier et les ouvriers. La Mission Tram s’y est beaucoup investie et nous avons trouvé un partenariat avec ERDF-GRDF pour le financement d’un appareil numérique. Le film sera diffusé en Salle des Fêtes. Je me souviens d’avoir arpenté le chantier avec ses jeunes, qui tendent leur micro vers les ouvriers, s’intéressant ainsi à leurs conditions de travail.

Des photos prises à intervalles réguliers du Cours de Vincennes entre 2010 et 2012 viennent également rappeler les différentes étapes du chantier, qui a métamorphosé le Cours de Vincennes, rapprochant les deux rives et les deux arrondissements.

Cette exposition sera un moment particulier, l’occasion de revenir sur ces dernières années de travaux, qui ont transformé durablement notre arrondissement. Je suis fière du travail accompli.

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>