A la une, le 12e, Paris

Libérer les usages

Roland Castro est un architecte  à la tête d’une équipe pluridisciplinaire avec laquelle il a participé à la consultation sur le Grand-Paris, lancée par le président de la République intitulée « Le Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne ». Il y a défendu  notamment l’implantation de hauts lieux symboliques de la République et de la culture pour redonner de l’intensité et de la beauté à la « banlieue ».

Après cette réflexion, il développe aujourd’hui deux concepts plus opérationnels. Habiter le ciel, un nouveau concept de tours d’habitation avec cours-jardins superposés, comme un « village vertical ». Un projet qui doit « réconcilier la nature et la ville », et permettre de trouver  des solutions pour densifier le tissu urbain sans le défigurer.

Vendredi 10 septembre dernier, au salon des collectivités de la fête de l’humanité, je suis allée écouter Roland Castro présenté sa deuxième déclinaison concrète de sa vision du grand Paris : Libérer les usages, pour retrouver les chemins de l’urbanité autour des gares.

Le projet du gouvernement pour le Grand Paris, avait identifié une quarantaine de gares franciliennes, mais la région Ile de France est riche de plus de 400 gares. Autant de lieux de passages obligatoires, souvent déshumanisés, pourtant au cœur de nos villes qu’il faut investir pour en faire des lieux de vie. Le potentiel de ces territoires est immense !

L’idée est simple et pourtant révolutionnaire… Il s’agit simplement d’ouvrir ses espaces dans le temps et d’en partager les usages. Sur ces territoires il est possible d’agréger des services publics, des complexes sportifs et/ou culturels, de construire des bureaux, des logements… ET ainsi de rassembler en un même lieu de manière intelligente en tenant compte des contraintes, des usages différents et de recréer de l’urbanité au sein des gares.

La compaction permet de répondre aux besoins croissants en espace, notamment dans l’agglomération parisienne, tout en libérant des espaces au cœur des villes pour des jardins, parcs… Tout l’enjeu est d’augmenter la densité sans créer de sentiment d’étouffement. Un défi à relever pour les architectes de demain…

Roland Castro l’a déjà expérimenté à la Médiathèque Marguerite Duras dans le 20e, la plus grande médiathèque de Paris !

Si les gares de banlieue, le potentiel est  considérable, mais certaines gares parisiennes portent également des potentialités…

Et l’on se prend à rêver de ce que nous pourrions faire dans le 12e, sur la gare de Bercy… Une gare dans laquelle la SNCF augmente le trafic voyageurs,  de manière très significative, sans que son insertion dans la ville soit adaptée. La ville de Paris y travaille en partenariat avec la Région Ile de France, le STIF, et la SNCF. Espérons que le travail de Roland Castro nous aidera à y libérer les usages et en faire un nouveau lieu de vie de notre arrondissement !

1 Commentaire

  1. GAUTHIER

    Bonjour ,

    Concernant l’insertion de la gare de Bercy dans son milieu urbain, je vous ai envoyé un document de nature à répondre à cette question
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>