A la une, le 12e, Paris

Paris et la Caisse des Dépôts au service du commerce de proximité

Mercredi dernier, la Mairie de Paris et la Caisse des Dépôts et Consignations ont signé un accord pour la création de la Foncière Paris Commerces. Cette nouvelle structure permettra de pérenniser l’action engagée depuis 2004 avec l’opération Vital Quartier afin de lutter contre la disparition du commerce de proximité et le développement de la mono-activité.

Fontaine aux lions, place Daumesnil

Fontaine aux lions, place Daumesnil

La SEMAEST, une société d’économie mixte municipale chargée de gérer et d’entretenir ce haut lieu de l’artisanat parisien qu’est le viaduc des arts, avait aussi été missionnée pour acheter grâce à une avance de la Ville de Paris les locaux commerciaux situés dans les quartiers les plus menacés et notamment dans les rues du 12e situées autour de Montgallet et de la place Daumesnil. Grâce à cette opération Vital’quartier, ces locaux étaient ensuite rénovés puis loués en respectant un tarif adapté aux activités de proximité comme les commerces de bouche ou l’artisanat.

Cette approche innovante a permis d’enrayer les fermetures d’enseignes sur certains axes fragilisés et de limiter l’extension de la monoactivité des détaillants en informatique dans notre arrondissement. D’autres quartiers parisiens ont eux aussi fortement bénéficiés de l’opération. Dans le quartier Latin, la diminution du nombre de librairies, importante depuis 2000, a été fortement ralentie depuis 2007 (-1,5% par an). De même, le nombre de librairies-maisons d’édition augmente depuis 2007 (+8,7%). A Belleville, où l’objectif était de lutter contre la désertification, le nombre de locaux vacants est passé de 303 à 180 depuis le début de l’opération. Dans le secteur Beaubourg-Temple, le nombre de grossistes est quant à lui passé de 733 à 593.

Fontaine Place du Colonel Bourgouin

Fontaine Place du Colonel Bourgouin

Il s’agit maintenant de défendre les résultats obtenus. En effet, l’avance consentie par la Mairie de Paris à la SEMAEST pour l’opération Vital Quartier doit faire l’objet d’un remboursement. Pour cela une partie du patrimoine acquis devra être vendu. Pour autant, il n’est pas question de céder au plus offrant les locaux qui ont contribué à redynamiser des quartiers.

C’est dans ce contexte que la foncière mise en place avec la Caisse des Dépôts et Consignation prend tout son sens. Cette société va permettre de racheter une partie du patrimoine de la SEMAEST, par exemple les murs qui ne peuvent être cédés à l’exploitant de la boutique, afin d’en préserver le caractère commercial.

Il y a donc tout lieu de saluer cet accord qui montre que malgré la fragilité inquiétante de nombreuses boutiques indépendantes, il n’existe pas de fatalité en matière de diversité commerciale à Paris quand il y a une volonté politique forte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>