A la une, Paris, Société

Plan de soutien à la production de voitures électriques

En annonçant son plan de soutien à la filière automobile ce mercredi 25 juillet, le gouvernement a choisi l’offensive. Ce plan s’oriente sur trois axes majeurs : le bonus écologique sur les véhicules propres, le financement de l’innovation et le soutien aux sous-traitants. C’est un plan global qui s’inscrit dans la durée, un plan ambitieux qui investit pour  l’avenir de ce secteur important pour le développement économique de la France et le maintien de ses emplois.

Voiture 100% électrique en cours de charge à Paris. Crédits CBE

Ce plan a pour premier objectif d’axer la production sur des véhicules propres, c’est-à-dire non producteurs de particules dans l’air ni de gaz toxiques. C’est une priorité dans la lutte contre la pollution de l’air dans les grandes agglomérations, en particulier à Paris. Rappelons également que les véhicules électriques sont presque silencieux…

Le gouvernement prévoit ainsi de faire passer le bonus pour les véhicules électriques de 5.000 euros à 7.000 euros et de 2.000 à 4.000 euros pour les hybrides. Ce bonus sera cependant conditionné au maintien des prix. Le gouvernement entend montrer l’exemple en n’achetant plus que des véhicules électriques à usage urbain.  Les collectivités locales et grandes entreprises devraient suivre…

Les obstacles au développement de l’usage de la voiture électrique sont aujourd’hui de trois ordres : le cout d’achat des véhicules, la durée d’autonomie des batteries et la disponibilité des bornes de recharge.

Le coût à l’achat des véhicules électriques reste encore élevé. En y regardant de près l’investissement initial est vite rentabilisé si l’on compare le faible coût de recharge des batteries au prix du litre d’essence qui ne cesse de croître. Mais le bonus accordé par le gouvernement aidera de nombreux usagers à investir dans ce nouveau type de véhicules.

Si de nombreux progrès ont été réalisés ces dernières années, l’autonomie des batteries restent encore faible pour répondre à tous les usages. Le plan annoncé prévoit de soutenir l’innovation française en ce domaine afin que de nouveaux progrès puissent être réalisés très vite dans ce domaine. Il n’en demeure pas moins que l’autonomie actuelle permet de couvrir une part importante des besoins des déplacements urbains et péri-urbains, là où justement la pollution de l’air comme les nuisances sonores sont maximales !

Véhicule Autolib'. Crédits CBE

Enfin, il faut développer les infrastructures de recharges des batteries et des véhicules. Suite au Grenelle de l’environnement, les ministres successifs des gouvernements Fillon dont Mme Jouanno, avaient pris cet engagement, sans le tenir ! Car malheureusement l’Etat n’a pas investi dans cette filière. Ainsi à Paris et en petite couronne, avec la mise en place du dispositif Autolib’ les collectivités locales ont investi dans l’installation de nombreuses stations de recharge électriques, ouvertes à tous les véhicules électriques. Sans aucun financement de l’Etat.

Les décisions prises par le gouvernement Ayrault sont ambitieuses et parient sur le développement de ce secteur pour sauver des emplois qui sont aujourd’hui menacés. En effet l’usage de la voiture individuelle à moteur thermique doit continuer à baisser, au profit d’autres modes de déplacements moins polluants comme les transports en communs, le vélo mais aussi la voiture électrique. Car pour beaucoup d’entre nous, dans certaines situations la voiture reste le mode de déplacement le plus approprié.

Enfin, soutenir la mobilité électrique, doit se faire en soutenant en parallèle les filières propres de production d’électricité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>