A la une, le 12e

Pour la défense du logement social et de la mixité sociale à Paris et dans le 12e !

Tribune des élus Socialistes, Radical et apparentés, parue dans le journal municipal de la Mairie du 12e,

Se loger à Paris doit devenir un droit. C’est un enjeu majeur pour la ville dont nous voulons dessiner ensemble le visage : le Paris de la mixité sociale et générationnelle.

Nos objectifs sont clairs : financer davantage de logements sociaux, dynamiser la construction de logements neufs, résorber totalement l’insalubrité, améliorer la qualité des logements, faciliter l’accès aux logements privés, développer des programmes d’hébergement pour les plus démunis. Nous nous y sommes engagés devant les parisiens en 2008 et la mise en œuvre dans le 12e se traduit déjà par des réalisations concrètes (plus de 1500 logements financés depuis 2008), des projets financés et en cours de mises en œuvre : poursuite de la restructuration de l’ensemble Villiot Rapée, pose de la première pierre du nouveau quartier Charolais Rotonde ou encore le projet au sein du groupe Contenot-Decaen.

Nos projets associent dès que cela est possible, la création de logements sociaux à l’ouverture d’établissements publics de proximité et des espaces verts. Nous privilégions les programmes de logements sociaux dans les quartiers où ils sont peu présents, y compris de manière diffuse, et l’ouverture de foyers de jeunes travailleurs ou étudiants, renforçant par là mixité sociale comme générationnelle.

Mais la petite superficie de notre ville constitue une contrainte physique évidente et l’effort doit également être partagé avec les communes de la métropole parisienne. De fait, la dynamique de production de logements sociaux ces dernières années n’a pas été conduite sur un même rythme partout en Ile France, puisque de grandes disparités persistent entre les communes franciliennes.

Enfin l’Etat doit assumer ses responsabilités. Au lieu de cela, le gouvernement  annonce une ponction annuelle de 340 millions d’euros pendant trois ans sur le budget des bailleurs sociaux. L’Etat demande aux locataires les plus modestes de pallier à ses propres insuffisances et de contribuer – à sa place – au financement du logement en France. La construction, la rénovation, le renouvellement urbain sont sacrifiés sur l‘autel de l’austérité : le projet de loi de finance 2011 prévoit ainsi une baisse de 2,6% des crédits de la mission «Ville et logement », les aides à la pierre s’effondrent de 75% entre 2010 et 2011. Les bailleurs sociaux et les collectivités locales vont devoir résoudre une équation impossible : comment construire plus avec moins de financement ?

A Paris, l’Etat oblige déjà la Ville à se mobiliser pour protéger les locataires. C’est le cas, dans les immeubles de la société immobilière Icade, filiale de la Caisse des Dépôts, quand celle-ci décide de vendre son patrimoine (Porte de Vincennes et rue des Meuniers). Ainsi nous nous sommes mobilisés contre les ventes à la découte et pour que les locataires puissent rester dans leur appartement avec des loyers en adéquation avec leurs ressources.

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>