A la une, le 12e, Paris

Promenades artistiques du Tram

Le prolongement de la ligne de tramway T3 a métamorphosé nos quartiers. Ils sont plus agréables à vivre pour tous et plus attractifs. Depuis son inauguration le 15 décembre dernier, le T3 prend sa place dans la ville et la rend plus belle.

Si tous reconnaissent l’apport du Tramway pour se déplacer, en se promenant sur les Maréchaux chacun pourra apprécier les changements, l’apaisement, la place laissée à la nature, aux cyclistes mais aussi à la culture.

carte des oeuvres artistiques du T3. Crédits Mairie de Paris

carte des œuvres artistiques du T3. Crédits Mairie de Paris

En effet, annoncé comme une révolution, le tramway se veut également une opportunité d’être créatif. Ainsi, les Promenades du Tram, dispositif novateur de médiation artistique et urbaine, donnent la possibilité de découvrir Paris dans une déambulation artistique entre les Portes d’Aubervilliers et de Vitry. Guidés par un conférencier spécialiste de l’art contemporain, le public a le choix d’un programme de promenades urbaines autour des 19 œuvres artistiques qui jalonnent ce nouveau parcours. L’accent est mis sur les contenus multimédias présentés sur iPads qui enrichissent la visite en photos, images d’archives, projections futures et témoignages. Tout est ainsi rassemblé pour permettre de révéler les petits détails, faire resurgir la mémoire du territoire, décrire la création des œuvres ou encore raconter la transformation de Paris.

Call & Response  de Langlands & Bell. Porte de Vincennes

Call & Response de Langlands & Bell. Porte de Vincennes. Photo Pierre-Clément Julien

Au programme de cette première saison, plus d’une vingtaine de promenades sont proposées au sein de deux thèmes et deux parcours. L’Art Change la ville, de la Porte d’Aubervilliers à la Porte de Bagnolet, se présente comme une ouverture de Paris vers les communes riveraines et une lecture poétique des artistes dont les oeuvres révèlent des points de vue uniques sur la métropole parisienne. Les coulisses de l’art public, de la Porte de Bagnolet à la Porte de Vitry, permet de découvrir l’étonnant processus de réalisation du parcours artistique du T3 de sa conception jusqu’à aujourd’hui.

Cette appropriation de l’espace public est la réalisation de Dédale, agence parisienne dédiée à l’art, la ville et l’innovation sociale, mandatée par la Ville de Paris. Dédale développe des projets et des événements autour de l’innovation et des nouveaux usages dans des domaines en mutation tels que l’urbanisme, les médias, la culture, le patrimoine ou encore l’environnement. A découvrir : SmartCity, leur laboratoire d’innovation urbaine ; le festival Emergences, rendez-vous international des nouvelles formes artistiques à Paris ou encore le d-lab, pépinière de projets urbains.

Dans le 12e vous pourrez découvrir

  • Sur le Belvédère Montempoivre et bientôt à proximité du Pont National, boulevard Poniatowski Les Complots de Sylvie Auvray
  • Porte de Charenton, le Jardin des diversités végétales de Michel Corajoud et Yannick Salliot
  • Porte de Vincennes : Call & Response (Le répons) de Langlands & Bell
  • Sur les grilles du Lycée Paul Valéry le travail des lycéens résidence du duo d’artistes Hippolyte Hentgen Zoning (Zonage),
  • Et bientôt Porte Dorée, Les Plates-formes de la porte Dorée de John M Armleder et Group8

 

2 Comments

  1. Marco

    Ce n’est pas un « beau » tram qu’il fallait !!

    Oui il fallait rénover les chaussées , aménager , verdir les trottoirs mais on pouvait faire aussi bien , aussi propre et plus pratique , sans l’usage d’un tram aussi « espace-vorace » qu’est le T3 ! et surtout moins coûteux !! car bien des comparatifs font ressortir qu’il est le plus cher de France au kilomètre !

    Et d’abord pourquoi « requalifier »?
    Un boulevard reste un boulevard et devrait le rester

    La partie nord des Maréchaux de la Porte de Vincennes à la Porte de la Chapelle était très chargée , ce qui est normal vu les grands axes et autoroutes y débouchant.
    Alors pourquoi avoir répété l’erreur que constitue l’aménagement de la partie sud ?

    C’est bien beau de désirer placer un immense espace piétonnier, deux pistes cyclables, des arbres et que sais je encore, mais le trop grand ruban du tram rend les voies routières exangues.
    Faut pas s’étonner si le périph est saturé en quasi permanence, on n’a fait que déplacer le problème en faisant fuir les voitures!

    Pourquoi avoir cassé les auto ponts ou avoir comblé les passages sous-terrain ? vu leur solidité , largeur et solidité ils auraient bien fait l ‘affaire pour le tram.

    et aussi pourquoi ce tram? un moyen tout aussi écologique mais nettement plus souple et économe était le trolley-bus
    On n’aurait eu le même service, non , un meilleur service car malgré tous les aménagements de voirie , il a fallu pour que le tram puisse rouler à une vitesse commerciale « acceptable » , supprimer des arrêts du bus PC .
    On constate donc que l’on nous a tout simplement substitué le moyen de transport pour une desserte réduite : puisque suppression de bon nombre d’arrêtes intermédiaires du bus PC.
    En plus la voie du tram tourne et vire tantôt à gauche, à droite , au milieu et fait des détours.
    Il n’est vraiment pas pressé or les voyageurs qui l’empruntent quotidiennement, faute de mieux , sont tout sauf des touristes ou des promeneurs.

    L’on nous dit qu’il fallait pacifier, apaiser, embellir ces lieux! intention louable mais qui ne devait pas se faire au détriment des déplacements.
    Si l’on voulait vraiment faciliter les transports il fallait les rendre plus faciles, plus simples et plus rapides

    On n’aurait pu éviter toutes ces traversées à niveau de carrefours qui malgré tous les dispositifs de priorité imaginables ne peuvent empêcher que le tram s’englue dans les embouteillages (notamment Porte de Bagnolet , Porte des Lilas, Pte de Pantin et d’Aubervilliers)
    Quitte à défoncer les chaussées pour dévier les canalisations ,renforcer , rénover les adductions il était peut-être possible de « mettre le paquet » en construisant au croisement des carrefours des stations souterraines . Cela s’est fait sur plusieurs réseaux de tram français ou étrangers et paraît très pratique.

    Autre point déplorable (hélas il y en a tant!) , d’avoir cèdé à la mode du gazon.
    C’est très joli et donne une impression de fraicheur, ça se fait souvent en ce moment mais quel intérèt pour le transport ?
    rien, ah oui, empêcher ces indésirables que sont les voitures à Paris d’y rouler
    mais ce faisant on y bloque l’accès également aux bus de lignes adjacentes ou parallèles, aux taxis qui pourtant y seraient mieux que d’occuper les deux voies chichement octroyées aux voitures.
    de même les véhicules d’urgence(pompiers police ambulances) sont contraints de se mêler aux voitures .
    Mieux eût valu conserver en l’état les voies de bus ou s’inspirer de celles par exemple , du bus 91 à Paris ou du TransVal de Marne en banlieue est pour que tout le monde des transports en commun et de services publics y circule sans empièter sur les espaces routiers rationnés.

    Derniers illogismes épinglés (pas davantage pour éviter l’acharnement anti remodelage) :

    -la correspondance des lignes de tram T2 et T3 à Pte de Versaille : il fallait la faire quai à quai et il aurait été intéressant de joindre ces deux lignes pour permettre des liaisons directes La Défense- Pte de Vincennes par exemple

    – Même remarque à Pte de Vincennes car la cission 3a-3b oblige à traverser tout le cour de Vincennes, et comme par hasard le tram en face pour poursuivre son chemin étant en départ imminent, oblige à traverser dare dare hors des clous en courrant au mépris des voitures!! (situations identiques pour les stations implantées au milieu du boulevard)

    Ces quelques exemples énumérés suffisent à démontrer que le choix du tram en lieu et place du bus des Bds des Maréchaux a été une fausse bonne idée et montre qu’il était préférablede ne pas tout faire à la fois ( nouveaux transport, tracés routiers et espaces verts longeants)

    Le mal est fait , ce n’est pas le dernier petit prolongement à l’horizon qui corrigera le tir.
    Faire avec donc faute de mieux pour nous autres usagers !

    Un espoir : Oui supprimer le gazon !

    Et pour les futures lignes ne pas renouveler ces tracasseries !

    a-

  2. Marco

    Le commentaire précédent s’est nourri de rancoeurs principalement dûes à l’absence de réponses aux courriers envoyés lors des études et avant projets et à la constatation de discussions à sens unique lors des réunions d’informations organisées.

    impression souvent ressentie d’être placé(e) devant « le fait accompli »

    un apparté : la Ville de Paris devrait calmer ses ardeurs quant à l’envie de s’étendre sur les prétendues « friches ferroviaires » ou d’enlever les rails de la Petite Ceinture .
    C’est déjà bien d’avoir réalisé les Quartiers Batignolles ou Masséna sur lesdits espaces ferroviaires mais il conviendrait de laisser des espaces apparemment vacants à ce système de transport.
    Le chemin de fer est écologique et si la Ville lui prend ses derniers terrains elle l’étouffera et l’empêchera d’évoluer , d’adapter son offre par manque d’avoir pu disposer d’espace suffisant ou d’avoir du en acquerir à prix prohibitif.

    Situation paradoxale et en contradiction flagrante avec les objectifs de transports propres et discrets !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>