A la une, Société

Refonder l’école pour qu’enseigner reste le plus beau métier du monde

Enseigner, le plus beau métier du monde ?

Enseignante de formation, formatrice d’enseignants, issue d’une famille d’enseignants, parent d’élèves et simplement comme citoyenne, je suis aujourd’hui très inquiète de la situation de notre système éducatif. Lors de cette journée de grève inédite, à l’appel des syndicats de l’enseignement public comme privé, j’étais en grève comme nombreux de mes collègues !

Manifestation du 27 septembre 2011. Crédits Pierre-Clément Julien

La principale revendication est quantitative. Il est en effet urgent de pouvoir assurer de manière beaucoup plus fiable les remplacements, et faire diminuer les effectifs dans les classes de tous les niveaux de la maternelle au lycée ! Les données démographiques sont implacables, il faut pour cela créer des postes d’enseignants pour atteindre cet objectif. Mais cela ne peut pas constituer la principale réponse aux revendications légitimes de la communauté éducative comme des familles, qui sont beaucoup plus larges…

Enseigner est une vocation, à entretenir…

Enseigner est souvent présenté comme le plus beau métier du monde, c’est pourtant un métier de plus en plus difficile. Les conditions d’exercice n’ont cessé de se dégrader ces dernières années. Les effectifs n’ont en effet cessé de croître pénalisant les élèves tout en empêchant les enseignants d’exercer pleinement leur métier. Le manque de personnel non enseignant dans les établissements, médecin, assistante sociale, psychologue, vie scolaire, conseillers d’orientation… contribue à détériorer notablement le climat dans les établissements et les conditions de travail de tous, détournant en particulier les enseignants de leurs missions premières.  Ces conditions, ce climat sont une entrave à l’attractivité de ses métiers et en particulier celui des enseignants.

Un recrutement et une formation à revoir

Manifestation du 27 septembre 2011. Crédits Pierre-Clément Julien

Professionnellement, je suis navrée de constater la diminution du nombre de mes élèves normaliens s’orientant vers la préparation à l’agrégation. Ils font partie de ce que l’on appelle classiquement l’excellence, et ils s’orientent sans grandes difficultés vers d’autres carrières. Mais comment de ne pas regretter que ces jeunes pour lesquels la Nation investit, se détournent des carrières d’enseignants ? Mais comment en serait-il autrement ? Quand l’on voit avec quel mépris l’Etat a réformé son mode de recrutement, et gère les fermetures de postes ! Ainsi, la fermeture d’une agrégation est annoncée quelques semaines avant la date limite d’inscription au concours, obligeant les étudiants intéressés à s’orienter vers d’autres formations au dernier moment. Les fermetures de postes concernent des disciplines qui sont enseignées dans des filières professionnalisantes avec un taux d’embauche en sortie parmi les plus élevé ! Enfin, dans certaines disciplines le nombre de postes ouverts au concours de l’agrégation est inférieur au nombre de postes d’agrégés à pourvoir dans l’enseignement supérieur ! Ainsi si la qualité de leur formation est reconnue pour le premier cycle universitaire, on diminue le recrutement pour le secondaire !

Enfin, il faut revenir sur la première année d’exercice en accordant un service réduit aux nouveaux enseignants, leur permettant de mieux préparer leurs cours, d’être encadré par un tuteur, enseignant plus expérimenté. Il faut permettre à ces jeunes collègues à confronter leur vocation et leur formation théorique à la pratique. Parce qu’enseigner est un métier, qui s’apprend aussi sur le terrain avec ses pairs !

J’ai ainsi été particulièrement choquée de voir l’an dernier le rectorat de Paris recruter à pole emploi, des titulaires d’un Master pour remplacer des enseignants, faute d’en avoir recrutés suffisamment !

C’est pour toutes ces raisons que j’ai fait grève hier, et que j’ai manifesté aux côtés de mes collègues, des parents d’élèves et de mes camarades pour refonder l’école, dès 2012 !

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>