A la une, Paris, Société

Sénat: une victoire historique, mais…

En ce lendemain de victoire historique de la gauche unie au Sénat, je ne peux que me féliciter de cette étape décisive vers un changement que tous les Français attendent! Partout où la gauche a été unie, elle a progressé, j’espère que nous saurons en tirer les leçons pour les futures échéances. Mais je ne peux m’empêcher de souligner, qu’il ne s’agit pas encore d’une victoire des femmes et de la parité !

Les chiffres sont sans appel

En 2008, seulement 21,9% des sénateurs étaient des femmes. En 2011, les sénatrices étaient

  • 40 sur 139 (29%) dans les groupes socialistes et communistes  
  • 2 sur 18 dans le groupe Rassemblement démocratique et social européen
  • Et seulement 37 sur 176 (21%) dans les 2 groupes politiques de droite

 

Pour le renouvellement de ce dimanche 25 septembre,

  • sur les 268 candidatures se présentant au scrutin majoritaire, 47 seulement (17,5 %) sont des femmes.
  • A peine 20 listes sur 138 (14,5 %) sont conduites par des femmes.
  • Sur les 170 postes renouvelés hier, c’est 49 femmes qui ont été élues, soit 29% des nouveaux élus.

Avant le scrutin de dimanche, les femmenes représentaient  23,5% des sénateurs (80 sur 341). Elles sont désormais 77 sur 348, soit 22,1%.  Un vrai recul!  Toutes mes félicitations à ses femmes qui ont réussi à se faire élire dans cette chambre des plus conservatrices !

La Loi et les petits arrangements…

Sénatoriales 2011

La Loi du 6 juin 2000, imposait la parité sur les listes à compter de 3 sièges à pourvoir, deux tiers des sièges de sénateurs étaient alors soumis à la loi sur la parité. Mais en 2003, la droite remonte le seuil d’application de la proportionnelle de 3 à 4 sièges à pourvoir. L’effet est immédiat… l’obligation paritaire ne concerne plus que 50% des sénateurs.

Les moyens détournés pour assurer l’élection des sénateurs aux dépens des sénatrices sont nombreux… Ainsi rien n’impose la parité sur les têtes de listes, assurant de fait une élection plus facile aux hommes tête de listes.  Par ailleurs, souvent les listes dissidentes permettent d’élire un homme qui n’aurait pu prétendre à une place éligible sur la liste officielle du fait de la parité. On remarquera que la quasi-totalité des têtes de liste dissidentes sont des hommes, comme par hasard…

C’est typiquement le cas à Paris avec l’élection de Pierre Charon, sur une liste concurrente de celle conduite par Mme Jouanno qui n’aura pas réussi à réunir la droite à Paris. Ainsi, Pierre Charon siègera logiquement dans le groupe UMP du Sénat, à la place de Mme Catherine Dumas pourtant sénatrice sortante, qui n’a pas été élue hier…

De même, les femmes élues sont souvent amenées à démissionner par la suite… A l’exception cette fois de Mme Jouanno, qui vient de démissionner du gouvernement afin de pouvoir voter en faveur de la candidature de Gérard Larcher à la présidence du Sénat ! Elle subit les conséquences de son échec à Paris…

Je note également, que pour la première fois les écologistes pourront constituer un groupe au Sénat, grâce à une alliance avec le parti socialiste, groupe qui devrait être paritaire !

Espérons, que les élections législatives de 2012, permettront de faire progresser la place des femmes à l’assemblée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>