A la une, le 12e, Paris

Vote du projet des Berges de Seine par les élus du 12e

Lors de la séance du 6 décembre 2011, nous terminions l’année avec une délibération dont l’objet était triple. Il s’agissait de porter à l’approbation des élus du 12e d’une part, le compte-rendu de l’enquête publique et sa prise en compte dans notre projet, la déclaration d’intérêt général pour ce projet et l’avis favorable à la poursuite de l’opération afin que nous puissions engager la réalisation opérationnelle du projet pour une ouverture au public à l’été 2012 conformément à notre engagement devant les Parisiens en 2008.

Voici la présentation que j’en avais faite à mes collègues.

La Seine est la ligne de vie de Paris, c’est autour d’elle que la ville s’est construite et elle représente un paysage urbain exceptionnel classé corridor écologique d’intérêt national.

La Seine est beaucoup plus qu’un fleuve, c’est un élément fédérateur et fondamental pour la Métropole parisienne. Malgré cela, les berges ne sont pas accessibles partout et sur 26 km de bord, aujourd’hui 7 km restent le domaine exclusif de la voiture.

C’est pourquoi le Maire de Paris s’est engagé à mettre un terme à cette situation indigne d’un tel site de la Ville Capitale qu’est Paris. Ce projet s’adresse à tous les Parisiens mais aussi à tous les habitants de la Métropole, à tous les touristes, comme aux riverains immédiats. Ainsi, comme de nombreuses villes du monde Paris va se réapproprier et se retourner vers ses rives pour les valoriser, c’est l’engagement pris devant les Parisiens que nous mettons en œuvre avec cette dernière étape en votant cette délibération.

Berges de Seine rive droite. Crédits CBE

Le projet initial a fait l’objet d’une étude de concertation préalable au deuxième semestre 2010, une concertation sans précédent par son ampleur, sa richesse et la diversité des contributions. Nous en avons approuvé le bilan en début d’année 2011.

L’enquête publique s’est déroulée pendant 73 jours, du 04 juillet au 14 septembre 2011 et a permis de recueillir de très nombreux avis avec exactement 1563 observations selon toutes les modalités ouvertes au public.

Dans ces conclusions, au vu des principes et objectifs ambitieux portés par le projet, la commission a donc donné un avis favorable avec deux réserves et huit recommandations.

La première réserve porte sur la réversibilité, elle a été définie dès le départ dans le projet et cet aspect a été renforcé dans le projet définitif qui sera mis en œuvre. La deuxième réserve concerne l’aménagement du Port du Gros Caillou et la présente délibération intègre ces deux réserves et les recommandations de la commission d’enquête qui seront ainsi levées.

Parmi les huit recommandations, je souhaiterais insister sur la dernière puisqu’elle nous concerne directement, en effet, la commission préconise de poursuivre l’aménagement sur l’ensemble des rives de la Seine en créant des continuités.

Je vous rappelle que ce projet et l’enquête publique, ne concernaient pas directement notre arrondissement, mais les principes d’aménagement qui ont été retenus pour le cœur de Paris se voient validés par cette longue phase de concertation. »

En marge de cette délibération, notre conseil a adopté deux vœux concernant le 12e: l’un sur les continuités piétonnes l’autre sur la diversification des usages du Port de Bercy.

Port de Bercy. Crédits CBE

Lors du débat qui a suivi cette présentation, j’avais souligné les contradictions des élus UMP sur ce sujet.

« Nous n’avons pas attendu cette commission d’enquête pour nous intéresser au développement des transports en commun en région Ile de France ; nous n’avons pas attendu que le Président de la République décide de s’intéresser à la vie quotidienne des Franciliens pour investir dans le développement du RER A, comme cela a été inauguré ce matin, pour des véhicules de meilleure qualité, de plus grande capacité et qui permettent un report des transports Est/Ouest, comme sur la ligne 1. Une ligne qui a fait l’objet d’un investissement considérable du STIF et de la RATP, pour son automatisation. »

« Vous parlez de grande étude qu’il aurait fallu faire en amont, cela fait longtemps que la Ville de Paris travaille à ce chantier, nous avons lancé une concertation sans aucun précédent sur ce projet et dans ce cadre, comme dans celui de l’enquête publique, des contributeurs très différents ont participé.

Le Maire de Paris, dans le cadre de la concertation, a organisé une réunion en présence de nombreux élus de la Métropole parisienne; les chambres consulaires y ont contribué, tout comme le MEDEF, que vous avez cité. Beaucoup de gens et d’organismes qui ne contribuent pas habituellement à une enquête publique, l’ont fait à cette occasion.

Pour autant, les objectifs du projet ont été validés. Vous nous reprochez de ne pas avoir voulu l’étendre à l’ensemble du bief parisien, encore une contradiction que je ne m’explique pas; vous êtes d’accord pour transformer l’autoroute A4 en boulevard urbain parce que cela se fait chez nos voisins, mais par contre, quand on veut transformer l’autoroute urbaine au cœur de Paris en boulevard urbain, vous n’êtes pas d’accord ! Quand nous le faisons au cœur de Paris, vous nous dites pourquoi ne le faites vous pas dans les arrondissements périphériques !

Berges de Seine le long de l'Autoroute A4, commune de Charenton. Crédits CBE

J’avoue que je suis un peu perdue sur votre vision de l’organisation de l’espace public dans Paris et votre vision des déplacements en général.

Il faudrait essayer de résoudre ces contradictions pour qu’on puisse y voir plus clair.

Enfin, dire que ce projet manque d’ambition, franchement cela me laisse sans voix… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>