A la une, Diaporama, le 12e, Paris

Autolib’ et prolongement du Tramway : des grands projets de mobilité électrique et créateurs d’emploi

Ces deux projets d’envergure sont  emblématiques de cette 2ème mandature de Bertrand Delanoë. Ils viennent compléter un bouquet de mobilité déjà très riche à Paris, permettant à chacun de choisir son mode de déplacements en fonction de la nature du trajet à accomplir. Ils présentent quelques points communs que je souhaiterais souligner ici.

Travaux d'installation des stations Autolib'. Crédits Pierre-Clément Julien

Ces deux modes de déplacements sont électriques. Ils contribueront donc à diminuer la production de polluants dans l’air parisien, véritable enjeu écologique et de santé publique dans la métropole francilienne. Si je trouve légitime le débat sur la production de notre électricité, je trouve scandaleux d’utiliser cet argument pour se prononcer contre Autolib’. En effet je suis favorable à ce que la France s’engage dans la sortie du nucléaire et soutienne le développement des filières alternatives de production d’électricité : éolien, géothermie, photovoltaïque… Mais dois-je rappeler que les métros et Tramway sont aussi des modes de déplacements électriques, devrait-on en limiter le développement pour autant ? Par ailleurs, dans le cadre du projet Autolib’, une étude est en cours pour recharger les batteries des voitures grâce une électricité d’origine photovoltaïque. Je suis convaincue ainsi, qu’une innovation d’une ampleur de celle d’Autolib’ peut largement contribuer au développement de cette filière de production d’électricité, malgré le recul de l’Etat en termes de soutien à cette filière.

Par ailleurs, ces modes de déplacements électriques sont silencieux, comme le sont les vélos, ils sont donc bien moins producteurs de nuisances sonores que les autres véhicules de l’espace public, ce dont nous ne pouvons que nous féliciter. Le développement des mobilités silencieuses doit être soutenu et accompagné, tant le bruit de la ville et de ses activités, est une nuisance quotidienne pour les Parisiens. Mais les usagers de l’espace public parisien doivent rester vigilants dans leurs déplacements et prendre en compte la circulation des vélos, en particulier dans les rues en sens uniques ouvertes aux cyclistes dans les deux sens, comme des nouvelles voitures silencieuses que sont les Autolib’.

Ouvriers sur le chantier du prolongement du T3 dans le 12e. Crédits CBE

Enfin, je ne peux conclure cette mise en parallèle des projets Autolib’ et prolongement du Tramway, sans me féliciter que ces deux projets métropolitains soient créateurs d’emploi. En effet, grâce à un partenariat fructueux avec la Maison de l’Emploi de Paris, ces projets ont permis le retour à l’emploi de nombreux franciliens.

Ainsi à l’issue des 2 échéances importantes que constituaient le lancement de la phase de test, début octobre, et l’ouverture du service au grand public d’Autolib’, le 5 décembre dernier, la Maison de l’Emploi a contribué au retour à l’emploi en CDI de 92 personnes, demandeurs d’emplois et publics prioritaires.
Au-delà de cette première étape, le partenariat se poursuit pour amplifier ces résultats jusqu’au déploiement complet du service Autolib’ à l’horizon de juin 2012. Dans cette perspective, une prochaine session de recrutement « ambassadeurs / ambassadrices », est fixée au 16 janvier 2011 à l’Espace Carrefour Numérique de la Cité des Sciences et de l’industrie.
De même dans la communication annuelle sur les travaux de prolongement du Tramway, l’insertion des clauses sociales dans les marchés liés aux travaux a encore démontré son efficacité pour proposer des emplois d’insertion aux parisiens les plus fragiles.

Parallèlement, le gouvernement ne cesse de rogner sur les moyens du service public de l’Emploi. A titre d’exemple, ce sont encore 150 emplois qui à Pôle Emploi ont été supprimés sur le seul territoire parisien. Même si le taux de chômage à Paris est devenu, pour la première fois en 2008, inférieur au niveau national, ce sont encore 110 000 demandeurs d’emploi qui résident dans la capitale et 61 000 allocataires du RSA.

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>