A la une, Diaporama, le 12e, Paris

Concertation et aménagement de l’espace public : le cas exemplaire du boulevard Diderot

Le 25 juin dernier, dans le cadre des 5 ans de Velib’, nous avons inauguré le nouvel itinéraire cyclable du boulevard Diderot qui relie désormais la Place de la Nation à la Seine. Mais les travaux qui viennent de s’achever sur ce boulevard sont bien plus que la seule création d’une piste cyclable.  Cette réalisation est pour moi exemplaire tant dans son montage financier et son pilotage que dans la concertation dont il a fait l’objet.

Piste cyclable et trottoirs élargis du boulevard Diderot. Crédits Pierre-Clément Julien

C’est également l’analyse qu’en fait Bruno Gouyette, urbaniste qui était responsable de la mission « Espace public, culture et pratiques partagées » à la ville de Paris, dans un article publié récemment. Il y compare deux processus de concertation celui mis en place par la Ville pour l’aménagement de la Place de la République et celui que nous avons mené pour le réaménagement du boulevard Diderot. L’occasion de souligner la diversité des approches, ressources et acteurs mobilisés.

Dans le cas du boulevard Diderot, il souligne que « le projet est le fruit d’une co-construction entre la mairie d’arrondissement, les membres du conseil de quartier Nation-Picpus et la mairie centrale, dans des conditions financières délicates ». Ce projet est en effet spécifique, tant dans son montage que dans sa réalisation : il a été l’occasion de mener une concertation large qui fait date à chacune des étapes du projet y compris, et c’est ici que réside son exemplarité, dans sa conception originelle et son financement.

Dès 2008, et avant même que les financements ne soient disponibles, ni même assurés, le travail débute avec les conseillers de quartier et en particulier la commission Voirie et Déplacements composés de conseillers de quartier et invités permanents, dont un représentant de l’APF (Association des Paralysés de France). La philosophie du projet est basée sur plusieurs constats réalisés sur place, parmi lesquels la morphologie hétérogène du boulevard et le caractère sectorisé des activités qui le composent ; le mauvais état des contre-allées et leur absence de conformité avec la législation d’accessibilité à tous de l’espace public et aux véhicules de secours ; la volonté d’améliorer les aménités urbaines, la zone de chalandise et la visibilité des commerces. En partenariat avec les Conseillers de quartier, nous avons procédé à la conception d’un cahier des charges visant à définir un boulevard apaisé.

Examen du projet sur le boulevard Diderot avec les conseillers de quartier

Dans un deuxième temps, la transcription technique de cette ambition a été réalisée par les services de la Ville et a entrainé plusieurs échanges avec les conseillers de quartier pour aboutir à un projet d’aménagement consensuel. En parallèle, nous avons conduit  un travail permanent avec les autres acteurs compétents : Préfecture de Police, Pompiers, RATP… mais également avec les acteurs institutionnels et économiques riverains du boulevard.

Convaincue de la qualité et de la pertinence du travail fourni par les expertises croisées des citoyens et des techniciens, j’ai personnellement porté ce projet auprès des élus parisiens pour réunir une enveloppe budgétaire significative pour le voir aboutir. C’est la mobilisation de tous les acteurs qui a permis la conception, la réalisation et l’acceptation de cet aménagement très impactant pour tous.

Le projet retenu et réalisé aujourd’hui, permet de soutenir l’activité économique du boulevard, le rééquilibrage et l’harmonisation de l’espace public entre ses différents usagers, de retrouver l’esprit initial du boulevard avec un alignement d’arbres typiquement haussmannien, et de conférer à cet axe majeur de l’est parisien, un caractère plus esthétique, grâce notamment  à un travail en profondeur sur l’ensemble des mobiliers urbains. L’essentiel de ce projet provient de l’expertise d’usage apportée par les conseils de quartier et les habitants, qui comme ils l’ont été à chacune des étapes, seront associés à l’inauguration festive du boulevard prévue en septembre 2012.

Le 12e peut être fier, de célébrer ce projet d’envergure qui concrétise une initiative s’inscrivant pleinement dans les mutations nécessaires des modes de déplacements urbains. Il est fidèle aux ambitions que nous portons pour le 12e et pour Paris, dans ses intentions en permettant un meilleur partage de l’espace public, comme dans sa construction en concertation qui donne corps à la démocratie participative.

4 Comments

  1. Gabyland

    Si l’on peut saluer la procédure qui amener à la finalisation de cet aménagement, on ne peut qu’être déçu du résultat final en terme de mariage des différents mode de déplacement. Mettre les vélos sur les trottoirs est sans doute rassurant pour les cyclistes mais cela l’est beaucoup moins pour les piétons. Cette disposition n’est pas nouvelle, elle a été mise en place dans nombreuses villes dont Grenoble que je connais bien où les accidents piétons/cyclistes se sont multipliés, notamment des personnes âgées qui, malgré le marquage au sol bien visible, ne font pas toujours bien attention où ils marchent. Cela n’a rien de generationnel, j’ai moi-même la semaine dernière manqué de me faire renverser par un vélo ! Et je ne parle pas des sorties de véhicules des immeubles.
    En définitive, on peut se féliciter d’un projet et des méthodes d’organisation et de concertation mais si cela est pour arriver un tel résultat, c’est bien dommage. Lorsque la concertation montre ses limites et qu’une vision moderne aurait été utile…

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>